Test : Harmonies

Test : Harmonies

Avec certains jeux, tu sais dès les premiers tours que celui-ci, tu vas le chérir très fort, et le ressortir dès que l’occasion se présentera. Il peut s’agir de la direction artistique qui te parle, du gameplay satisfaisant, ou de l’ambiance qui s’installe autour de la table. J’ai essayé Harmonies, qui s’appelait encore Tiny Landscapes, lors du Paris Est Ludique 2023, et j’en suis reparti avec la conviction qu’il rejoindrait ma ludothèque dès que possible. Un an après, j’ai la boite finale entre les mains, et je ne me suis pas trompé, je l’aime d’amour. En même temps, je ne me trompe jamais.

Le jeu de Libellud vient donc occuper une place de choix sur ma petite étagère de jeux de pose de tuile, au même titre qu’Akropolis ou Cascadia, et de feu Calico, éjecté brutalement de son emplacement un sombre soir de décembre. Une malheureuse histoire de fun complètement écrasé par les contraintes et l’aléatoire du tirage, je vous passe les détails. Nous sommes donc en terrain connu : à son tour, le joueur choisit un trio de jetons paysage et doit les poser sur son plateau personnel, en espérant réaliser des patterns intéressants et éviter de se pourrir les prochains tours à cause d’une rivière mal placée. Il faut dire que l’espace ici est limité et chaque emplacement vaut assez cher. Classiquement, la partie s’arrête lorsqu’il n’y a plus de jetons dans le sac ou que l’un des joueurs n’a plus que 2 cases vides sur son plateau. Les paysages constitués suivant des patterns bien précis rapportent des points, ainsi que les animaux qui sont venus habiter chez vous.

Viens à la maison y a le printemps qui chante

A l’instar de Cascadia, il y a en effet tout un tas de bestioles qui peuvent venir chercher le gîte et le couvert dans votre coin de verdure. Mais pour cela, il va falloir construire l’habitat idéal. C’est donc un peu plus compliqué que Cascadia où la tuile posée indique directement quel animal y placer, et c’est ce qui rend Harmonies aussi réjouissant. Une rivière commune propose ainsi plusieurs cartes animal, qui chacune vient avec plusieurs représentants de l’espèce sous forme de cubes, et le schéma suivant lequel il faudra agencer vos jetons pour pouvoir déplacer ces cubes de la carte à votre plateau. On peut être tenté de prendre autant de cartes que possible, mais il n’est pas possible d’en gérer plus de quatre simultanément et on ne peut en remplacer une qu’une fois complètement vidée de ses cubes. Il est donc impératif de lire correctement les cartes, et c’est là tout ce qui fait le sel du jeu.

On pourrait même parler de courbe de progression parce qu’on réalise, au fur et à mesure des parties, que la carte fournit plusieurs informations qui doivent orienter notre choix. La place occupée par le schéma, le jeton paysage qui accueille le cube Animal (jeton qui devient alors indisponible pour de prochains cubes), les autres jetons qu’il faut associer, l’impact que cela peut avoir sur le scoring final des paysages, tout cela est à prendre compte quand on essaye de compléter le plus de cartes possibles avec un espace limité et des jetons qui viennent polluer notre plateau. C’était d’ailleurs ce qui m’avais autant chiffonné sur Calico, qui était pourtant tout mignon avec ses petits chats, le fait d’être contraint par un cadre, alors qu’Akropolis ou Cascadia peuvent s’étendre à l’infini.

Et juste là, un petit coquelicot ! Ouais, ça va être bien…

Il y a donc un peu de frustration, forcément, mais cette fois-ci sans que cela freine l’envie de refaire une petite partie parce que là, c’est sûr, je vais arrêter de prendre des cartes qui nécessitent toutes de poser un cube dans un champ. Cela tient au gameplay et à la sensation de progression bien sûr, mais aussi à la direction artistique, magnifique, avec des cartes toutes uniques, et au matériel, et ses jolis et satisfaisants jetons paysage en bois qu’on réunit de manière harmonieuse, émerveillé de voir alors un biome se construire sous nos yeux. Je n’exagère pas, je n’exagère jamais d’ailleurs : comme les patterns des cartes animal font sens thématiquement (une maison entourée de champs accueillera des lézards, ça parait plutôt logique), et les patterns des forêts, rivières et montagnes également, le plateau en fin de partie présente toujours des paysages qu’on pourrait très bien être amenés à retrouver dans nos campagnes.

Evidemment, il y a une part d’aléatoire dans le tirage des jetons paysage, et certains auront la chance de leur côté tandis que d’autres devront composer avec des champs qui leur pourrissent une zone. Il est cependant possible d’apprendre à s’adapter à une infortune passagère, parce que les cartes animal permettent de marquer beaucoup de points, mais il est tout aussi intéressant de favoriser les chaines montagneuses ou les champs disséminés autour d’une habitation bordée par une rivière au long cours. On trouvera alors souvent un moyen de faire fructifier un trio de jetons imparfait.

…ça va être très bien même

Dès lors, une ambiance bucolique et sereine peut s’installer autour de la table, tandis que qu’Harmonies nous invite à poser des jetons tout choupis sur notre plateau personnel, pour accueillir des animaux tout aussi mignons, avec le sentiment de progresser et de comprendre petit à petit ce que le jeu attend de nous. Les parties s’enchainent très facilement dans ces conditions, et la rejouabilité ne fait pas défaut, avec la grande variété d’animaux présents dans la boite, et la possibilité de faire des départs légèrement asymétriques en ajoutant les cartes esprit de la nature, qui proposent de favoriser tel ou tel type de paysage (rivière, forêt, etc.) à condition d’installer sur son plateau le schéma apparaissant sur la carte.

Est-ce qu’il est vraiment nécessaire de rédiger l’une de mes fameuses conclusions, pleine d’esprit et d’affronts à la plus élémentaire des syntaxes ? Si vous êtes arrivés jusqu’ici, vous avez déjà compris tout le bien que je pensais de ce jeu, parce que vous êtes terriblement perspicace, et parce qu’aussi j’ai la pédagogie chevillée au corps. Pas besoin de s’étendre donc plus longtemps, allez plutôt faire l’acquisition d’une boite de cette pépite, et invitez vos amis, famille et inconnus croisés au rayon surgelés à partager un moment de félicité en plaçant d’adorables koalas et de malicieuses coccinelles.

Nldr : une erreur d’impression sur la carte esprit animal Cigogne, elle rapporte 6 et non 4 PV. Un coup de feutre indélébile et c’est réglé, ou sinon pour ceux que ça empêche de dormir, un formulaire SAV Asmodée et c’est réglé pour récupérer la carte ^^

Disponible ici :

Prix constaté : 32 €

Test : Chats de poche

Test : Chats de poche

Chats de poche est un jeu de confrontation à deux. 25 tuiles sont placées en carré dont une seule visible. Parmi elles, il y a nos chats, les chats de l’adversaire, les chiens (qui nous mangent) et nos proies (que l’on mange). A chaque tour, nous révélons et déplaçons une tuile selon sa nature (les proies bougent moins que les chiens, par exemple). Pour gagner il faut, qu’une fois toutes les tuiles révélées, nos chats soient adjacents aux proies et aient échappé aux chiens.

Chats de poche ressemble à un jeu abstrait et possède des atouts indéniables. Il est joliment édité avec des illustrations adorables et un format de boîte réduit qui lui convient très bien. Il a également une base mécanique simple et très claire qui s’appuie fortement sur son thème (ce que j’appelle avoir une bonne affordance thématique). Pourtant, pour moi, ça pèche au niveau sensation.

En général, on distingue la tactique de la stratégie par le moment où elle impacte le jeu. Les résultats d’une bonne tactique apparaissent immédiatement alors qu’une bonne décision stratégique portera ses fruits dans la durée. Chats de Poche est un jeu purement tactique. Pour une raison simple, planifier y est extrêmement difficile (voire impossible) car la majorité des actions effectuées peuvent être annulées dès le tour adverse. Pour moi, cela entre en contradiction avec ce que nous fait faire le jeu.

Dans Chats de Poche, on construit petit à petit un tableau avec nos concurrents, nos proies et nos prédateurs. Malheureusement, comme rien n’est fixe, que les tuiles bougent sans cesse, on n’a pas le sentiment de maîtriser grand-chose. Surtout, au début de la partie, où on navigue dans le noir puisque la majorité des tuiles sont cachées. Les coups décisifs car informés et “non-contrecarrables” immédiatement par l’adversaire arrivent dans les tous derniers tours de jeu. Trop tard, pour ne pas faire naître en moi un sentiment de frustration mal venu.

Ce n’est pas une question de hasard. De toutes les parties que j’ai faites, j’ai gagné toutes celles jouées contre mon fils de sept ans. Sans surprise, j’ai su mieux gérer les déplacements des tuiles et les règles propres à mon clan mais à chaque fois je me suis ennuyé. Entre un début de partie aux actions négligeables et une fin où les meilleures actions m’ont toujours paru évidentes, je n’ai pas ressenti l’émulation intellectuelle du dilemme, le frisson de la prise de risque ou l’amusement d’une situation provoquée par le chaos. Je n’ai pas eu le sentiment de faire de “bons coups”, juste les coups qu’il fallait faire pour remporter la partie.

J’ai vu que Chats de Poche avait plutôt bonne presse et franchement tant mieux pour lui. En ce qui me concerne, je n’ai pas accroché. J’ai tenté de décrire au mieux les raisons de ce désamour et j’espère qu’associé à d’autres lectures ou d’autres visionnages, ça vous donnera une idée plus claire de ce que vous pouvez attendre de ce jeu.

Test : Paper App Dungeon

Test : Paper App Dungeon

Cette critique a été rédigée à l’aide d’un exemplaire fourni par l’éditeur.

ndlr : Le jeu avait fait l’objet d’une campagne Kickstarter en auto-édition en 2021.

Paper App Dungeon est un tout petit jeu de roll and write, dans lequel vous allez traverser un donjon en quête de son fabuleux trésor.

Il possède un format minimaliste qui lui permet de tenir dans une poche, et ne requiert qu’un crayon de papier, qui fera également office de dé puisque sur chaque face est inscrit une valeur de 1 à 6 (Sur la photo du dessous, un petit comparatif avec une taille de sleeve “standard”).

Les règles sont elles aussi minimales : on lance son crayon, on avance dans une direction, si on bute sur un mur on la change. Et on résout ensuite les “rencontres” que l’on a provoqué pendant ce tour.

On y rencontre ainsi des monstres, des trésors, des pièges, des téléports, et si par malheur vous deviez “mourir” en tombant à 0pv, ce n’est pas grave. Vous continuez le niveau comme si de rien n’était, le calcul de vos points de vie comme de votre bourse ne se faisant qu’à la sortie de celui-ci.

À noter que la difficulté d’un niveau est fluctuante. Parfois il y aura plus d’ennemis, parfois moins mais plus puissants, quand d’autres sont présents comme des niveaux bonus, presque sans ennemis mais avec pas mal de crédits à amasser.

Et y’a même des boutiques de temps en temps !!

Certains trouvent qu’il est ressemblant à Paper Dungeons, qui a une mécanique un peu similaire (je lance des dés, j’avance de x cases, et je résout des rencontres).

Ceci dit la comparaison s’arrête là. Si vous avez 5mn de bus / métro / chameau, ou 10mn à attendre au bureau, dans un bouchon, ou encore sous la douche (mais c’est pas très conseillé) ou entre 2 jeux experts le temps que Jean-Jacques installe, Paper App Dungeon risque fort de devenir votre nouveau jouet..

Y’a juste à sortir le calepin, tracer son niveau, trouver la sortie et hop !

À noter que visiblement chaque carnet est unique (c’est l’argument de la jaquette), on tient là un parfait candidat pour occuper de courts moments.

En tout cas moi je l’adopte avec plaisir, il est petit, fun, d’un prix très convenable, difficile par moment (même si on meurt pas vraiment), et il va finir dans mon manteau le temps d’achever ses 45 niveaux !

Test : Expeditions

Test : Expeditions

Cette critique a été rédigée à l’aide d’une boite fournie par l’éditeur.

Après avoir réalisé un test pour le mode solo (que vous retrouverez ici : https://www.lelabodesjeux.com/2024/01/12/test-solo-expeditions/ ) me voici de retour pour vous jouer un mauvais tour, pour vous donner mon ressenti sur le jeu dans sa version multi-joueurs.

Petit résumé pour toi qui n’a pas lu mon test en mode solo

Je n’ai pas compris la volonté de coller une ambiance Lovecraftienne dans cet univers, on sent que c’est inspiré d’un certain Cthulhu, mais on a pas mis le nom, je ne sais pas pourquoi et à vrai dire, je m’en tamponne l’oreille avec un ciseau à bois !

Ce que je retiens, c’est que ça n’est pas vraiment logique et que ce n’est pas ma tasse de thé, mais qu’au final, le thème passera à la trappe après… la lecture du lore dans le livre de règles.

Revenons dessus, ce fameux livre de règles dans lequel il manque une petite précision pour que tout soit clair.

Je me contente d’un copier-coller de ce que j’ai dit dans l’article solo (bah oui, si t’a la flemme de le lire, j’ai la flemme d’écrire hein !)

On n’est pas sortis du sable !

Telle fût ma réaction en lisant les règles.

Non pas qu’elles soient mal rédigées ou mal traduites (pour une fois…) mais leur structure est un peu étrange et, surtout, il manque une simple petite phrase qui m’aurait permis de comprendre immédiatement certaines choses.

J’explique sans pour autant détailler les règles.

De prime abord, tout parait simple : 3 actions possibles et seulement deux qui seront jouées lors d’un tour : se déplacer, jouer une carte, récolter la ou les ressources de la tuile sur laquelle nous sommes situés.

Une dernière option c’est de faire un tour de récupération pour retrouver les cartes que nous avons jouées et pouvoir faire les 3 actions mentionnées précédemment.

Simple non ?

Pourtant, une fois ces 3 actions détaillées, on nous explique d’autres actions, qui sont des actions que nous devons impérativement faire pour pouvoir gagner la partie et marquer des points de victoire.

Mais, on ne nous détaille pas comment avoir accès à ces actions.

Etonnant non ?

Ce fût l’une des rares fois où, en sortant de la lecture des règles, je n’avais absolument aucune idée de comment jouer…

Donc j’ai fait la seule chose à faire : poser le jeu, mettre en place le jeu pour 2 personnes et jouer les deux camps avec le livre de règles en mains. 

Et finalement, après ma partie et pas mal de retours dans le livre de règles pour m’assurer de tout bien faire, j’en suis venu à cette conclusion : si les règles contenaient juste la phrase suivante : « Les actions suivantes sont accessibles en jouant des cartes ou en récoltant le bonus d’une tuile sur laquelle vous êtes présent. », les règles auraient été d’une simplicité déconcertante…

Comme quoi, parfois, ça ne tient pas à grand-chose…

Et je ne peux pas blâmer la traduction, je n’ai pas l’impression que ce soit plus clair en anglais.

Il y a un détail qui pourra permettre aux personnes les plus « logiques » de comprendre je pense, en relisant les règles après avoir bien le jeu en main, mais pour moi, ce n’était pas clair.

Ce détail est qu’il est question d’utiliser une capacité et on ne les utilise qu’avec des cartes ou des tuiles, donc, oui, ça peut sembler logique, mais ça ne l’est pas pour tout le monde.

Avec de si beaux méchas, parlons mécaniques

Certes, nous ne sommes pas des mécaniciens pour parler de mécaniques, mais bon, puisqu’un jeu a bien besoin de mécanismes qui vont s’imbriquer les uns dans les autres, parlons donc de ce qui fait qu’on arrive à la fin de partie et qu’on décide de qui gagne.

Si vous avez aimé Scythe… eh bah n’espérer pas retrouver beaucoup de choses en commun mécaniquement parlant.

Les méchas ne sont là que pour matérialiser notre déplacement sur la carte, les ouvriers ne sont là que pour être posés sur les cartes que l’on va jouer, le pognon fait toujours office de points de victoire et il faut toujours poser des étoiles pour remporter la partie.

Voilà, en gros, là où Scythe mise sur la gestion de ressources, les conflits directs et indirects entre factions, des évènements disponibles en quantité limitées et peu de cartes, Expeditions part dans un autre registre.

Pas d’affrontements directs, donc aucun moyen de faire perdre quoi que ce soit, ou gagner quoi que ce soit à quelqu’un d’autre en déclenchant un combat, on va combattre la « corruption », entendez par là des jetons oranges ou verts d’une certaine valeur (vous le sentez le thème bien plaqué ?)

On va se déplacer sur des tuiles, dont le placement de début de partie se fait aléatoirement, donc vous ne jouerez que rarement avec les tuiles au même endroit, même si on peut regretter l’absence de plus de tuiles pour varier les lieux.

Expedition reste une course à la victoire, mais à part en bloquant les emplacements des autres, il sera difficile de les ralentir…

Même si, dans ce jeu, on aimerait accélérer les choses plutôt que de les ralentir, mais j’y reviendrai plus bas.

Donc ici, contrairement à Scythe, on va devoir choisir parmi seulement 3 actions pour en effectuer 2 et parfois on pourra faire les 3 actions, à condition d’avoir « passé » notre précédent tour.

Ce n’est pas simplement passer puisqu’on pourra récupérer toutes nos cartes jouées et les éventuels ouvriers posés dessus, mais ça sera la seule chose que l’on fera avant de passer à la personne suivante.

Petit rappel si vous avez oublié ce que j’ai écrit dans le sous-titre précédent.

En soi, les mécaniques sont simples : je choisis deux des trois actions :

  1. Je me déplace.
  2. Je joue une carte.
  3. Je récolte les effets de la tuile sur laquelle je me situe.
  4. Je renouvelle mes cartes et récupère mes ouvriers.

Ajoutons un soupçon de pouvoirs uniques liés aux méchas et des personnages de départ avec des capacités différentes et on a des mécaniques, certes peu novatrices, mais agréables et fluides.

Avec des mécaniques si simples, le jeu doit être fade !

Eh bien non, ma bonne dame !

Car l’intérêt est bien de savoir quand faire la bonne action pour ne pas se faire piquer un jeton convoité, quand réussir à damer le pion d’une faction adverse en se plaçant sur une tuile qui pourrait l’avantager, quelle carte récupérer avant quelqu’un d’autre ou tout simplement quand dégager les cartes disponibles pour les renouveler.

Donc le sens du timing est important !

Un comble pour la durée du jeu, mais j’y reviendrai (Teasing quand tu nous tiens !)

Les mécaniques, une fois prises en main, sont fluides et les tours de table s’enchainent rapidement.

Une fois de plus, c’est astucieux car il n’y a pas de tours de table à proprement parler.

Disons pas de manches, on va enchainer les tours de table jusqu’à déclencher la condition de fin de partie qui est d’être la première faction à poser ses 4 étoiles.

Seulement 4 ?

Ça doit être bien plus rapide que Scythe qui demande d’en poser 6 !

Eh bien… Non… loin de là même !

Quand Expeditions relève de… l’expédition pour en voir la fin

(Pardon, elle était facile celle-là.)

Car oui, le défaut majeur (car il en a d’autres, j’y reviendrai… oui encore, désolé, j’adore faire du teasing) de ce jeu, c’est sa durée !

Alors, je nuance tout de suite, si vous jouez en solo, en duo ou à 3, ça restera assez raisonnable.

Moins de 2H devraient suffire pour en voir le bout à 3.

On pourra compter à peine plus d’1H30 en duo quand connaitra un peu le jeu et moins d’une heure en solo.


Mais alors, passé 3 personnes, ça sera l’enfer !

Résumé de ma seule et unique partie à 5 :

Je ne voulais pas le proposer, subodorant que le jeu serait interminable en jouant à 5, mais mes amis veulent le découvrir ou le rejouer pour l’un d’eux.

Soit, je veux être un bon hôte, j’accepte.

Je n’aurais jamais dû !

On a frôlé les 4H de jeu, avec les explications de règles et la mise en place (sachant que j’expliquais les règles pendant la mise en place pour gagner du temps et qu’il ne faut pas 30 minutes pour expliquer ce jeu hein !).

Une véritable purge pour tout le monde !

On souhaitait tous que ça se termine…

Pour un jeu de ce type, c’est trop long, autant jouer à Scythe !

J’explique !

Les 4 étoiles à placer dépendent d’objectifs spécifiques, qui ne sont pas spécialement aisés à atteindre et qu’on ne peut pas vraiment non plus tenter d’atteindre en même temps (sauf un ou deux qui peuvent s’avancer un peu en simultané) et comme on est 5 sur une map qui fait la même taille que quand on est 2… forcément on va se marcher dessus, se bloquer et ça va prendre des plombes pour réussir à poser sa première étoile.

Puis, péniblement, on va en poser une seconde, et la 3ème va peut-être arriver plus vite.

Donc à ce moment-là, tout le monde va tenter de bloquer le jeu pour éviter une écrasante victoire d’un adversaire.

Ça plus le temps de réflexion si l’emplacement qu’on voulait a été pris, et on se retrouve avec un jeu qui est clairement à fuir à 3 ou 4.

Donc, contrairement à son illustre ainé qui brille à 5, Expedition est à fuir et à réserver pour de plus petits comités !

Et le matos dans tout ça ?

Je vais me répéter encore avec ce que j’ai dit en solo (oui, oui, je recycle encore) :

Parlons d’un cheval de bataille qui me tient à cœur : le thermoformage.

De prime abord il semble excellent, les méchas sont bien bloqués, les cartes bien cachées et le stockage à la verticale semble parfait.

Semble uniquement, parce que certains tokens vont aller se mélanger avec les autres dans un des compartiments et surtout, parce qu’on est censés disposer d’emplacement pour mettre les cercles colorés qui doivent se fixer sous les méchas et qu’ils sont… trop petits…

Enfin, ça c’est ce que je pensais…

Mais après discussion avec d’autres personnes sur les réseaux, il s’avère qu’en fait, ce sont des emplacements pour 2 méchas supplémentaires, qui arriveront dans une extension…

Donc je trouve ça quand même dommage de nous montrer qu’on nous vend un jeu qui n’est pas « complet ».

On sait qu’on va devoir encore passer à la caisse pour remplir notre boite…

Ce qui ne change rien au fait qu’on va devoir placer les cercles des méchas en vrac ou dans les sachets plastique avec les tokens de la même couleur.

Parlons-en des sachets…

Si vous êtes allergique au tri avant la partie, vous n’aurez d’autre choix que de mettre en sachet tous les éléments liés aux couleurs sans quoi, les emplacements pour ranger cela sont au nombre magnifique de… bah aucun puisque les emplacements que je pensais être faits pour le matériel des joueurs est en fait pour les méchas de l’extension…

Et ce n’est pas la place laissée sous les plateaux de faction qui va nous y aider, sinon tout sera en vrac dans la boite.

Bref, une fois de plus, ce thermoformage a été pensé avec les pieds…

Le concept étant normalement de bien ranger et de pouvoir sortir le jeu rapidement de sa boite, force est de constater que de tout mettre dans des sachets est contre-productif.

Ajoutons qu’il y aurait largement eu de quoi faire 5 compartiments dédiés vu la place perdue…

Et ce ne sont pas les indications sur le côté de la boite qui vont nous aider car, si on les suit, on risque de se retrouver avec un joyeux bazar à l’ouverture.

Donc, pour résumer, un thermo avec de bonnes idées, mais une finition qui a, encore une fois, été bâclée.

J’ajouterais que si tout est de bonne facture, les cartes sont, une fois de plus, assez vite décolorées à force de mélanger, tout comme les bords des tuiles… au prix du jeu c’est quand même dommage…

Verdict final

Expeditions est un excellent jeu en solo, en duo et en trio, au-delà c’est l’enfer et il ne faut pas y jouer.

Le prix du jeu fait mal, mais le plaisir de jouer est présent et les parties variées.

La thématique est aux fraises et on ne regarde plus beaucoup les illustrations (toujours aussi belles, c’est dommage) après 2/3 parties pour se focaliser sur les capacités des cartes.

La mécanique est fluide, agréable et tout est visible sur la table, aucune info cachée, c’est rare et agréable aussi.

Pour moi c’est un excellent jeu que j’adore surtout en solo et en duo, je ne le sors plus autrement que dans ces configurations là et j’apprécie beaucoup de le jouer.

Son thermoformage et les cartes et tuiles un peu fragiles font tache pour cet éditeur et le prix peut rebuter.

Je pense qu’il faut l’essayer avant de se lancer, ou alors être fan absolu de l’auteur, ou me faire une confiance aveugle (ce que je ne recommande pas, vous avez le droit d’avoir des goûts différents du mien, je ne vous en voudrai pas et je vous encourage à vous faire votre avis !)

Disponible ici :

Prix constaté : 77 €

L’édito du Labo #7 – Tric Trac, tuer le père

L’édito du Labo #7 – Tric Trac, tuer le père

A l’instar de l’édito du mois précédent, je vais parler d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Mais cette fois, il ne s’agit plus de le regretter.

Monopoly Tric Trac

Ceux qui ont découvert le plaisir ludique avec Catane, Carcassonne ou les Aventuriers du Rail possèdent tous ou presque un attachement particulier envers le site Tric Trac. Créé en 2000, il a accompagné notre passion ludique et a grandi en même temps qu’elle.

Ses pages d’actu étaient nos principales sources d’information, ses vidéos nos guides d’achat et son forum de discussion, adossé au site, notre refuge. Quant à Monsieur Phal et Docteur Mops, ils étaient les premières célébrités du petit monde ludique. Ceux qu’on reconnaissait dans les festivals sans jamais oser leur parler. C’était une autre époque.

Bien avant Simon du Passe-Temps et son charisme indéniable, Tric Trac était là et mis à part quelques magazines et autres sites* au lectorat réduit, il était tout seul. Le site de Phal avait le quasi-monopole de l’information sur le jeu de société.

La tactique de Tric Trac

Mais qu’était Tric Trac au juste ? S’ils ne se sont jamais clairement définis, ils ont toujours eu l’honnêteté de ne pas se présenter comme des journalistes. Invité dans le podcast “63-88”, Guillaume Chifoumi (successeur de Phal en tant que figure de Tric Trac) rappelait qu’ils n’avaient jamais demandé de carte de presse car cela entraînait des impératifs déontologiques impossible à tenir. La raison principale étant leur lien avec les éditeurs.

Un site de presse se rémunère habituellement par ses lecteurs et par des publicités indépendantes de son contenu. Chez Tric Trac la principale source de revenu était les éditeurs. Au travers de ses vidéos de règles ou de parties, le site d’information ludique vendait tout simplement notre temps de cerveau disponible.

Pour que ce contenu publi-rédactionnel passe auprès de son public, il était associé à un discours. Selon Phal, la critique était devenue inutile puisqu’on pouvait mettre le jeu directement face aux joueurs. Il l’a rappelé plus tard sur sa chaîne Youtube, dans sa vidéo judicieusement titrée “le journalisme, la communication, en a-t-on vraiment besoin ?”. Le fait que l’éditeur vienne pour vendre n’était jamais véritablement caché mais la pilule passait grâce à une posture prétendument objective et au charisme de M. Phal.

Il faut dire que le monsieur était clairement en avance sur son temps. En misant beaucoup sur sa personnalité exubérante, il s’était fait influenceur avant même que le mot ne soit popularisé (vers 2006 selon Wikipédia). Pourtant, Tric Trac ne survivra pas à la concurrence.

Déclin et chute de l’empire Tric Trac

En 2009, neuf ans après sa création, 49% du capital de Tric Trac est acquis par Marc Nunès (le PDG d’Asmodée). Cette situation perdurera jusqu’en 2018 où le site est racheté en totalité par Plan B Games. M. Phal en profite alors pour passer la main à Guillaume Chifoumi. Après une brève tentative d’en faire un site marchand, il est de nouveau racheté par Asmodée en 2019. Trois ans plus tard, ce dernier jette finalement l’éponge et arrête de soutenir Tric Trac alors en grave difficulté financière.

Le site a depuis été repris en main par une association désireuse de maintenir cette institution du monde ludique et son immense base de données francophone mais Tric Trac en tant qu’entreprise est morte.

Alors qu’elle avait toutes les cartes en main : une communauté fidèle, un outil audiovisuel rodé et un carnet d’adresse bien rempli, Tric Trac n’a pas réussi à s’adapter à l’avènement des influenceurs. Le départ des figures historiques, de nouvelles versions du site qui ont divisé la communauté, une arrivée sur les réseaux sociaux tardive avec de vieilles et onéreuses recettes (comme une tentative d’émission sur Youtube) et des éditeurs lassés par sa position dominante ont mis fin à l’hégémonie trictraquienne.

Elle aura tout de même connu une longévité de 22 ans et influencé profondément le milieu ludique. Mais pas forcément en bien.

L’héritage

La plupart des influenceurs d’aujourd’hui sont des héritiers du Tric Trac d’hier. En misant sur leur personnalité plutôt que sur leur contenu, en privilégiant la gratuité pour leur public et les contributions des éditeurs, en adoptant une jovialité de façade sans jamais, ô grand jamais, dire du mal des jeux, ils appliquent la même recette. Si on ne peut pas tout mettre sur le dos de Phal et ses compères -c’est clairement dans l’ère du temps- il faut dire qu’ils ont tout fait pour la populariser.

Et si on les a beaucoup entendus pour défendre ce modèle, ils furent beaucoup moins bavards quand il s’agissait de défendre le monde ludique. S’ils ont donné de la visibilité aux éditeurs mais aussi aux auteurs, il n’y a eu aucune prise de position sérieuse pour les soutenir. Pas non plus de discours sur l’intérêt culturel du jeu ou d’action pour améliorer son image vis à vis du grand public.

Moi qui me suis récemment intéressé au milieu du jeu de figurines, je suis ébahi par l’influence positive qu’essaye d’exercer French Wargame Studio, première chaîne Youtube francophone sur le sujet. Dans le discours, l’organisation d’évènements, le soutien aux associations, la visibilité de la communauté francophone vis à vis du leader Games Workshop… FWS a compris sa responsabilité de média dominant et en joue pour tirer son hobby vers le haut. Ce que, à mon sens, n’a jamais fait Tric Trac.

Si on veut chercher une influence positive de Tric Trac, il faut plutôt jeter un œil à sa communauté. Son forum sur lequel beaucoup de passionnés ont éveillé leur intérêt pour le milieu ludique au-delà de la seule boîte de jeu, ses avis parmi lesquels des plumes -parfois acérées- nous ont ravis de jeux de mots excellents, son blog ouvert qui permettait à des amateurs d’écrire, parfois pour pousser des gueulantes salutaires.

En raison de son long monopole, Tric Trac a permis de cristalliser une communauté et à lui donner corps. C’est peut-être la seule bonne chose à retenir de l’héritage de Tric Trac.

*Les magazines Plato et feu Jeu sur un Plateau ainsi que les sites internet comme la Bibliothèque Idéale de Bruno Faidutti et Jeuxsoc.fr