Les Dossiers du Labo : Ce jeu qui … m’a fait découvrir la coopération

par | 7 Juin 2021 | News | 2 commentaires

Après vous avoir parlé de Catane et de mon entrée dans l’univers du jeu de société moderne, me voici de retour avec ma première expérience coopérative !

Pour moi, tous les jeux étaient faits pour la compétition, pour se rentrer dedans, pour se moquer des perdants (toujours avec bienveillance et humour, jamais en étant blessant bien entendu !) et pour fanfaronner avec nos gros scores de fin de partie (toujours aussi avec humour et bienveillance !).

Tentant de sortir de mon univers vidéoludique, je traine sur quelques sites qui parlent de jeux de société, dont un qui mélangeait jeux vidéo et jeux de société : Extralife pour ne pas le nommer (qui semble d’ailleurs dépérir depuis quelques mois).

J’y trouve des jeux comme Abyss (que j’ai fini par acheter), Specter Ops (celui-ci m’attirait fortement mais l’anglais n’était pas une option à l’époque et surtout je n’avais pas de joueurs pour jouer en anglais non plus) et au milieu de mes recherches je vois un jeu nommé : Pandémie

Donc vous me voyez arriver, je vais vous parler de ce classique de la coopération : Pandémie.

l

Je lis le résumé et je découvre pour la toute première fois qu’il est possible de jouer tous ensemble contre un jeu !

Et là je me pose la fameuse question que beaucoup d’entre nous ont dû se poser : jouer contre un jeu vidéo, je vois le concept, mais jouer contre un jeu physique je ne comprends pas, comment est-ce possible ?

Mais ce que j’ai lu dans cet article couplé à ma curiosité l’emporte et je commande le jeu sur internet (Bouh le vilain qui ne fait pas marcher les boutiques de jeux de société, oui mais, ma bonne dame, voyez-vous, à l’époque je ne savais pas où trouver des boutiques de jeux de société, je rappelle que je jouais quand même énormément aux jeux vidéo, donc j’étais habitué à ne plus sortir de chez moi acheter quoi que ce soit d’autre qu’un jeu vidéo au Micromania du coin !).

l

Je reçois le jeu et là je vois la première limite de mon cerveau !

N’étant pas habitué aux jeux modernes et à la lecture des règles, j’ai l’impression de ne rien comprendre (ah pauvre naïf que j’étais, je n’aurais jamais imaginé que Pandémie puisse être un jeu aux règles si simples à l’époque et que j’irais bien plus loin dans les règles touffues), ce qui est très fort quand-même quand on connait les jeux vidéo auxquels je jouais à l’époque et qui demandaient quand-même de très bien connaitre les « règles » pour réussir à être compétitif !

Je relis au moins 5 fois la règle et je lance une invitation à trois ami.e.s pour découvrir le jeu !

l

Pour deux d’entre nous, la sauce a pris tout de suite !

La fluidité du jeu, la coopération, l’entraide, le dialogue qui s’installe et les débats qui s’ensuivent pour savoir quelle idée est la meilleure, les cris de rage quand une épidémie provoque une éclosion que nous n’avions pas prévue et le désespoir de perdre la partie parce que nous nous étions mal organisé.e.s et que certaines personnes n’aimaient pas le jeu, donc, inconsciemment, ne s’impliquaient pas assez…

Alors oui, la première expérience était douloureuse, la défaite totale, c’était aussi un flot d’émotions et de sentiments que je découvrais totalement après une partie d’un jeu de société.

Pas de troll sur le perdant, si nous avons perdu c’est que nous avions tous été mauvais, pas de rage contre un joueur ou une joueuse pour nous avoir fait un sale coup pendant la partie, mais quand-même un petit débriefing avec les classiques : « On aurait dû écouter ta proposition. », « De toute façon toi tu étais sur ton téléphone, donc tu n’as servi à rien. » (Ah tiens si, du troll quand même !)

Et aussi une petite dent contre l’auteur d’avoir fait un jeu si punitif, mais bon, il n’est pas là pour entendre nos quolibets, donc ça ne peut pas lui nuire.

l

Puis je tente l’aventure avec mes parents, je les initie, mais là encore, le concept de coopération les rebute, ils trouvent le jeu trop punitif et le thème ne les passionne pas, donc le jeu retourne au placard et je me désespère d’y rejouer.

l

Par la suite, je découvre via le groupe dédié au jeu en solo, qu’il est possible de jouer à Pandémie… bah en solo !!!! (Pour savoir comment j’en suis arrivé aux jeux en solo, je vous laisse le lien vers l’article dédié que j’ai rédigé : https://www.lelabodesjeux.com/2021/04/07/dossier-le-jeu-solo/ ).

l

Donc je me lance en solo et j’apprécie le jeu encore plus, pour plusieurs raisons :

  1. La victoire ou la défaite ne dépendent que de mes choix, je ne peux pas reprocher à qui que ce soit de ne pas avoir écouté mon avis.
  2. Je peux sortir le jeu quand je le souhaite, à n’importe quelle heure.
  3. Le jeu dure moins longtemps et ça permet de faire plusieurs parties ou de changer de jeu si l’envie m’en prend.

Mais on perd aussi l’aspect collaboratif, l’ambiance amicale du mode multi-joueurs.

l

Et ce n’est pas fini !

Car depuis, j’ai pu ajouter les extensions « Au Seuil de la Catastrophe » et « In Vitro » à ma collection pour relever le challenge et varier les plaisirs de jeu.

J’apprécie énormément le fait que Pandémie soit un jeu modulable en termes de difficulté pour relever le challenge ou pour simplement varier la façon de jouer, et que les extensions apportent de réels plus en termes de gameplay et de personnages.

Depuis, des jeux coopératif j’en ai découvert bien plus, j’en ai apprécié d’autres et je me rends compte que j’en ai quand-même pas mal dans ma ludothèque puisque c’est un système que j’aime tant pour le solo que pour collaborer avec des ami.e.s et changer de manière de jouer !

Je ne vous ferai pas la liste ici, cela n’aurait aucun intérêt, mais peut-être que je vous reparlerai de l’un d’eux dans un autre dossier.

l

En résumé, Pandémie a été ma porte d’entrée dans l’univers de la coopération.

De ce fait, il ne pourra jamais sortir de ma ludothèque, même si je n’y joue pas aussi souvent que je le souhaiterais, mais le lien que j’ai noué avec lui rend sa vente psychologiquement impossible, j’y retourne de temps en temps, j’y ai même joué par visio pour initier de nouveaux amis pendant la… pandémie (ahah), et même en visio, c’était un pur kiff pour moi.

Matt Leacock a été inspiré ce jour-là et il m’a transmis le « virus » du jeu coopératif !

2 Commentaires

  1. Monsieur Serra

    Bel article binôme bêta

    Réponse
  2. sheclaudia

    Il me semble que ça a été aussi mon premier jeu coop. également, mais étant une “néo-ludisoliste” (environ deux ans de jeux de plateau) c’est moins remarquable d’une réelle évolution (puisqu’il était en même temps l’un de mes premiers achats).
    Tout cela pour dire que ce jeu ne quittera je pense jamais ma ludothèque non plus. Il est bien pensé et nerveux! Et j’ai découvert que j’aimais vraiment bien les jeux coopératifs (à plusieurs joueurs quand on est joueur solo).
    J’ai l’extension “In Vitro” que je trouve duraille à appliquer par contre (j’oublie très souvent une phase ou deux dans le labo….). Il me faudra le “réviser”!

    Réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :