Test: Nova Luna

par | 6 Juin 2020 | Tests | 0 commentaires

Article rédigé par Fabien.

l

Bon j’avoue j’étais passé à côté … Il y a trop de sorties, ça commence à se savoir.

Reste que je considère tout de même faire tout mon possible pour m’informer des sorties, me tenir au courant de la chose ludique, mais rien à faire, j’ai aucune souvenance de ce jeu… La faute à une communication limitée ? Même quelques mois après sa sortie, il est vrai qu’on trouve encore peu de posts ou d’articles sur ce jeu.

l

Pour le coup j’ai fait mon “mouton” et, quand j’ai vu les nominés au Spiel 2020 avec Nova Luna dedans, j’ai voulu me faire mon idée sur ce jeu du bon vieux Rosenberg. Et même si ce n’est pas rare de voir dans cette sélection faite par et pour nos cousins teutons, des jeux assez obscurs ou des jeux propres aux goûts de nos voisins, ça vaut parfois le détour.

l

Car oui, c’est bien le prolifique Uwe Rosenberg (Bohnanza, Agricola, Patchwork, Reykholt…) qui nous a pondu ce titre, en duo avec Corné van Moorsel, et Lukas Siegmon (Reykholt) s’est chargé des illustrations. Spielwiese est l’éditeur, Blackrock Games le distributeur.

Le jeu est prévu pour 1 à 4 joueurs, à partir de 8 ans et pour une durée de 30 minutes.

l

Le pitch est un peu mystique, avec l’influence de la nouvelle Lune sur la vie sur Terre, et son impact sur les marées. A vous de planifier vos choix et de composer avec ce que le cadran lunaire a à vous offrir !

Alors, que vaut cette collaboration battavo-teutonne ?? C’est ce qu’on va voir !

l

Le matériel :

l

Un cadran lunaire très chouette, 68 tuiles sobres et efficaces, 84 jetons en bois basiques et 1 pion lune.

On va à l’essentiel, pas besoin d’en faire des tonnes, c’est du jeu abstrait … 😉

C’est homogène, sympa dans son style, ça permet aussi de ne pas faire augmenter le prix du jeu avec du matos inutile.

l

A quoi ça ressemble ?

l

lelabodesjeux-novaluna-2lelabodesjeux-novaluna-3

l

Comment on joue?

l

A chaque fois que vous accomplissez un objectif d’une de vos tuiles, vous y posez un jeton. Votre but est de poser tous vos jetons avant les autres.

l

Vous allez donc à tour de rôle prendre des tuiles sur le cadran lunaire, en fonction de la position de votre jeton sur ce cadran. Vous aurez le choix entre les 3 prochaines tuiles situées après votre jeton.

Un peu comme dans Patchwork …

Les tuiles sont composées d’une couleur de base, d’objectifs que vous essaierez de remplir, et d’un nombre en haut à gauche. Plus le nombre de la tuile est élevé, plus la difficulté pour remplir ses objectifs est élevée.

l

Ordre du tour

Premier point très intéressant selon moi (j’en parle tout de suite pour ne pas vous perdre en route), c’est l’ordre du tour qui n’est pas un basique sens horaire, mais plutôt dicté par la position de votre jeton. Lorsque vous sélectionnez une tuile, vous avancez votre jeton autour de ce cadran du nombre indiqué sur la tuile.

Et c’est ça qui est top, parce que si vous sélectionnez une tuile avec peu de PV, et que vos adversaires en ont pris avec des PV élevés, avancer votre jeton en prenant une tuile pourra tout de même vous laisser derrière eux sur le cadran.

Et devinez quoi ?

Vous rejouez !

Magique …

l

Le 2ème effet kiss-cool c’est que, si vous arrivez sur une case déjà occupée par le jeton d’un autre joueur, vous posez votre jeton au-dessus de ce jeton.

Et vous rejouez !

De quoi faire rager vos adversaires, je vous l’assure !

Un peu comme dans Patchwork en fait …

l

Objectif Lune

Vous devrez poser vos tuiles de manière adjacente horizontalement ou verticalement à une tuile déjà posée. Chaque tuile propose entre 0 et 3 objectifs, + ou – difficiles à réaliser.

Un objectif est réalisé si les couleurs qu’il requiert correspondent aux couleurs des tuiles adjacentes horizontalement ou verticalement, dans le nombre d’exemplaires requis par l’objectif.

Quelques exemples valent mieux qu’une longue explication :

– quand on valide un objectif on pose un jeton dessus –

l

Voici donc le sel du jeu, à savoir vous creuser les méninges dans ce puzzle-game, sélectionner les tuiles compatibles avec celles que vous avez déjà, coordonner vos placements et valider vos objectifs.

l

Dès qu’un joueur parvient à poser tous ses jetons sur ses tuiles, il remporte la partie et le jeu se termine.

l

Mode solo

Il m’arrive de jouer parfois en solo, pas souvent je dois dire (quoi que durant cette période de confinement…). Là, j’avoue, j’ai trouvé le mode solo inintéressant au possible, il m’a juste permis de faire quelques tours de jeu pour mieux appréhender les règles pour les expliquer aux copains lors des “vraies” parties à plusieurs.

Les règles sont d’ailleurs différentes en solo et en multi, les points indiqués sur les tuiles sont dorénavant des PV, il n’y a plus ce qui fait l’intérêt du jeu, c’est à dire l’ordre du tour lié au déplacement des jetons sur le cadran lunaire (normal me direz-vous, il n’a plus lieu d’être en solo). Du coup, ça perd tout de même sacrément de son charme …

l

l

VERDICT

l

l

On est dans l’abstrait, la pose de tuiles et la réalisation d’objectifs. Rien d’extraordinaire, surtout pour cet auteur qui a déjà proposé ce genre de mécaniques avec Patchwork, mais quelques additions bien senties relèvent l’intérêt.

Patchwork justement, parlons-en. Le jeu a une très belle cote auprès des joueurs généralement, mais c’est un jeu à 2. Était-ce une raison suffisante pour que Uwe remette le couvert (avec l’aide de Corné) et ose se plagier lui-même ??? A vous de voir si la chose mérite sanction à vos yeux.

C’est plus simple puisqu’il n’y a pas de monnaie/boutons à gérer, mais plus complexe car les objectifs sont plus corsés à remplir (selon moi). Alors, lequel choisir ? On dira qu’il n’y a pas de comparaison puisque Patchwork sera tip top à 2, Nova Luna intéressant entre 3 et 4 joueurs… Quel malin tonton Uwe ! Et diablement malin puisque sur le livret de règles, on peut lire “Selon une idée originale de Corné van Moorsel”.  La boucle est bouclée, c’est le crime parfait 😉

l

Mais, fort heureusement, tout le monde ne connaît pas Patchwork, donc retournons compter nos moutons, pour avoir la Lune en tête, ou plutôt la tête dans la Lune. Si vous cherchez un jeu simple à expliquer, mais pour lequel il faudra tout de même faire chauffer ses neurones pour réaliser ses objectifs, avec quelques bonnes idées comme cet ordre du tour bien malin, alors Nova Luna peut vous plaire ! Ah oui, faut pas trop être regardant sur l’esthétique et se contenter d’un truc épuré mais homogène.

Mine de rien ça représente de sacrés avantages pour pas mal de joueurs !

l

Si je prends cette tuile et que je la pose ici, elle m’aide pour cet objectif, mais me bloque pour l’autre. Par contre, si je la mets là, je réalise tout de suite 1 de ses objectifs, et je suis en bonne voie de réaliser l’autre objectif bien balèze de la tuile là-bas ! En + je n’avance que de 3 sur le cadran lunaire et je peux rejouer avant ce trich*** de Davouss !!! Allez c’est plié, je prends celle-ci !

Bienvenue dans Nova Luna.

l

Nous faisons partie du programme d’affiliation mis en place par Philibert sur leur site. Cela signifie que si un jeu que nous avons chroniqué vous plaît, et que vous l’achetez en cliquant sur le lien Philibert que nous proposons en bas de chaque article, nous percevrons une modeste contribution nous permettant de nous acheter d’autres jeux, pour pouvoir les chroniquer et vous donner notre avis. C’est une forme de soutien, et nous vous en remercions par avance! C’est grâce à vous que nous pouvons continuer à abreuver ce modeste blog avec toujours + de contenu.

l

Disponible ici: philibert

Prix constaté: 24€

0 commentaires

Laisser un commentaire