Kickstarter: Pandemain

par | 17 Mar 2020 | Kickstarter | 0 commentaires

Article rédigé par Hélène “Harrie” G.

l

Pandemain: Traditional Farmers’ Bread

l

Pandemain est un jeu de Javier Fuentes, illustré par DanielRGB et édité par Amphora Games, dans lequel vous allez fabriquer du pain.

l

Je vous l’accorde, le thème de la boulangerie n’est pas forcément très vendeur, mais pourquoi pas ? Après tout, j’ai déjà élevé des vaches, cochons, chevaux…, construit des digues, récolté des carottes et du charbon, et même ramassé des ressources qui n’existent pas ! Alors, l’opportunité d’essayer ce prototype qui m’avait attirée rien qu’à la lecture des règles m’a emballée ! (Oui, cet article est basé sur un prototype du jeu, donc pas définitif. La campagne Kickstarter commence le 17 mars 2020.)

lelabodesjeux-pandemain-0

l

Pandemain vous fait voyager dans l’Allemagne médiévale du XIIIème siècle, en pleine Inquisition. L’action se déroule dans la petite bourgade de Norlingue, où vous incarnerez l’un des 2 à 4 boulangers prêts à en découdre avec leurs concurrents pour être reconnu comme le meilleur de la région, sans s’attirer les foudres de l’Inquisition.

Cerise sur le kouglof, Pandemain dispose d’un mode Automa créé par Rafaël Oliva, qui propose non seulement un mode solo mais aussi 2 autres modes… Je vous en parle plus bas !

l

Vous sentez cette bonne odeur de pain frais, tout juste sorti du four ? Allons voir cela de plus près…

l

Le matériel :

l

Un grand plateau principal représentant la région autour de Norlingue, des petits plateaux Village, un plateau personnel par joueur, des cartes Famille, des cartes Villageois, des jetons de différents types, des pièces en carton épais (Y aura-t-il du métal pendant le KS ? Je l’espère !), des meeples, cubes et marqueurs en bois, des jetons et encore des jetons ! Tout cela vous permettra de jouer au mode Standard. Côté quantité de matériel, pas de souci, ça foisonne !

Ajoutons, pour le mode Expert, des cartes Maître-Boulanger, ainsi que des jetons (Eh oui, encore !) et d’autres marqueurs en bois.

Côté quantité de matériel, pas de souci, ça foisonne ! Et j’ai bon espoir que la qualité soit au rendez-vous si l’on se fie au prototype d’excellente facture.

La règle du jeu vient détailler les différents lieux ainsi que les actions qui y sont possibles. Tout est clair malgré un 1er abord un peu touffu.

l

A quoi ça ressemble ?

l

l

L’ensemble est beau et agréable à manipuler. Mais qu’en est-il du gameplay ? Regardons de plus près…

l

Comment on joue ?

l

Commençons par une partie en mode standard.

Lors de la mise en place, le plateau principal est placé au centre de la table et les plateaux Village sont installés juste en-dessous. Leur taille est étudiée afin que l’ensemble des petits plateaux ne dépasse pas la largeur du grand, ce qui donne l’impression d’un plateau élargi.

Les villageois s’installent dans les villages, les commandes sont assignées aux villages, la farine est placée au moulin, l’Inquisition se prépare à avancer sur la piste de pénitence aux côtés des marqueurs des joueurs… L’ordre du tour est déterminé au hasard et indiqué par des cubes dans la tour de l’église. Les joueurs commencent avec 5 PV.

Chaque joueur reçoit un plateau individuel représentant sa réserve, 4 ouvriers (sur 5 possibles), des marqueurs Pénitence et PV, et une carte Famille qui octroie un bonus de départ (ingrédients et pécule).

l

Et concrètement, ça se passe comment ?

l

Une journée se compose de 4 phases :

  • Le jour est la phase d’actions principale pendant laquelle les joueurs iront dans différents lieux tels que le marché ou le moulin pour acheter de la farine et les autres ingrédients nécessaires à la fabrication du pain (eau, sel, levure). Ils se rendront au four banal (Le four du seigneur, nous sommes au Moyen Age !) pour faire cuire leur pain, n’importe quel type de pain (seigle, épeautre, avoine, froment) de bonne ou mauvaise qualité. Ils pourront aussi aller à l’église faire des offrandes et ainsi avancer sur la piste de pénitence pour remporter des récompenses de l’église, un ouvrier supplémentaire et glaner quelques points en devançant l’Inquisition. A la ferme, ils pourront acheter charrette, bœuf ou vache qui leur seront bien utiles pour transporter davantage d’ingrédients ou être traite (Je vous laisse deviner l’utilisation de chacun 😉). Une visite au château Hohenzollern leur permettra de récupérer quelques précieuses pièces ou de faire un emprunt. N’ayez pas peur d’emprunter, cela peut vous sauver la mise ! Et bien sûr ils pourront aller vendre leur pain (Qui rapportera plus ou moins selon sa qualité.) dans les villages où certains villageois viendront leur prêter main forte en leur accordant des bonus.

l

  • Au crépuscule, les joueurs récupèrent leurs ouvriers, et le pain rassit.

l

  • La nuit permet aux joueurs qui le souhaitent de faire 1 action supplémentaire payante et limitée à l’utilisation de certains lieux.

l

  • A l’aube, phase de nettoyage et de préparation de la manche suivante, l’Inquisition avance sur la piste de pénitence sans vraiment d’incidence sur les joueurs ; les joueurs récupèrent tous leurs ouvriers sauf celui du silo ; le lait devient aigre, il est donc jeté ; on réactive charrettes, bœufs et vaches utilisés lors de la manche ; le moulin est approvisionné ; dans les villages, les commandes en cours sont remplacées par les commandes à venir, elles-mêmes renouvelées. Enfin, on réorganise l’ordre du tour.

l

l

Une nouvelle manche peut commencer.

l

La partie se termine à la fin de la 5ème manche. Le boulanger avec le plus de PV est déclaré vainqueur !

l

– – – – – – – – – – – – –

l

Passons maintenant aux choses sérieuses avec le mode expert qui apporte tout le sel au jeu !

l

On garde tout du mode standard et on ajoute quelques « petites » choses :

  • Les cartes Maître Boulanger sont placées dans la guilde des boulangers. Lorsqu’un joueur s’y rendra lors de la phase Jour, il pourra recruter le Maître Boulanger de son choix en payant son coût. Un gros changement intervient par rapport au mode standard : sans maître boulanger, les joueurs ne peuvent fabriquer qu’un seul type de pain ; il leur faudra recruter des maîtres boulangers spécialisés dans un type de pain pour être en mesure de le confectionner ! Pas de panique, au départ, un maître boulanger n’a qu’une spécialité mais vous pourrez améliorer ses compétences lors de la phase Aube, pour qu’il sache faire 2 types de pain. Attention, il faudra rémunérer vos recrues à chaque phase Aube si vous voulez qu’elles continuent à travailler pour vous ! En plus, chacun d’eux vous confère un bonus lorsque vous allez au marché ou vendez du pain, alors prenez-en soin !

lelabodesjeux-pandemain-13

l

  • Les marqueurs Réputation sont positionnés sur la piste de… réputation ! Dès que vous vendez du pain, vous déplacez votre marqueur sur la piste de réputation vers le haut et les bonus si le pain est de bonne qualité ou vers le bas et les malus si le pain est de mauvaise qualité. Logique : votre réputation est meilleure si vous vendez du bon pain !

lelabodesjeux-pandemain-14

l

  • L’avancée du pion Inquisition sur la piste de pénitence aura maintenant un réel impact sur les joueurs : si vous n’êtes pas au moins aussi pieux que le grand Inquisiteur, vous en subirez les conséquences : un jeton Pénitence qui vous enlèvera 3 PV en fin de partie… Heureusement, vous aurez l’occasion de vous en débarrasser ! (Sur la photo, le joueur jaune devance l’Inquisition, donc pas de souci pour lui ; en revanche, le joueur bleu est derrière et récupère donc un jeton Pénitence.)

lelabodesjeux-pandemain-7

l

  • Un nouveau venu fait son apparition : le Serviteur du seigneur. Plutôt sympathique, il vous achètera parfois du pain et vous octroiera une faveur du seigneur. C’est le dernier joueur dans l’ordre du tour qui le placera sur l’un des lieux du plateau. A vous d’aller le voir au bon moment !

lelabodesjeux-pandemain-15

l

  • Vous aurez également l’opportunité, en allant à l’église, de bénir du pain de mauvaise qualité pour le transformer en pain de bonne qualité.

Un mode plus complexe donc, qui confirme le thème très présent et la cohérence de l’ensemble.

l

– – – – – – – – – – – – –

l

Quelques mots sur l’Automa maintenant, qui comprend 3 modes différents :

  • Un mode solo qui ravira les amateurs du genre ! Vous serez en compétition avec un boulanger fictif ayant son propre deck de cartes que vous aurez à préparer avant la partie.

l

  • Un mode scénario qui fait varier les règles de début de partie et introduit un boulanger fictif.

l

  • Un mode hybride qui vous permettra de mixer les vrais joueurs, les boulangers fictifs et les scénarii dans la même partie : tout un programme !

Je n’ai pas essayé ces différents modes, j’avais trop envie de maîtriser la bête avant d’en ajouter et il y a déjà fort à faire, 😉 mais chacun semble intéressant. A voir.

l

l

VERDICT

l

l

Quelle claque ! J’ai aimé le jeu dès la lecture des règles et je n’ai pas été déçue.

Un petit bémol tout de même quant au mode standard que je trouve répétitif (Mes joueurs aussi d’ailleurs.), mais comme c’est pour appréhender les règles et la thématique du jeu, ce n’est pas très grave car on passe vite au mode Expert ! Et là, ce n’est que du bonheur !

Notons aussi la présence de petits twists comme l’utilisation des commandes à venir, le placement au silo qui n’est actif qu’au crépuscule, ou l’utilisation du marché où l’on récupère les ingrédients présents sur la route vers la sortie… Je vous laisserai découvrir le reste par vous-mêmes !

l

Chose assez rare dans les jeux de placement et de gestion de ressources, une certaine immersion est bien présente dans Pandemain ! Et ça fait grand bien !

l

Conclusion

l

Un régal pour qui la dimension historique importe et séduit. J’adore les jeux qui enrichissent mes connaissances ; j’ai eu la charge de la traduction de la règle (Que vous trouverez ici.) et, croyez-moi, sa lecture m’a impressionnée tant les informations sont précises et documentées !

Pandemain est un coup de cœur, tant par la richesse thématique (Je m’y croirais à chaque partie !) que par la richesse du gameplay et ses différents modes.

N’étant pas un jeu court, Pandemain a ma préférence en duel mais il est tout aussi intéressant à 4 joueurs (Pas testé à 3.) Et les (très) légères modifications en fonction du nombre de joueurs se remarquent à peine.

Au cas où vous n’auriez pas remarqué… j’ai adoré grâce notamment à l’immersion et la rejouabilité !

l

Campagne Kickstarter: kickstarter

Pledge normal: 34€fdp out.

Livraison prévue: novembre 2020.

0 commentaires

Laisser un commentaire