Test: Très Futé !

par | 20 Déc 2018 | Tests | 0 commentaires

C’est l’histoire d’un Roll&Write porté par un auteur qui a défrayé la chronique ludique cette année, tel un boulet de canon.

Le Roll&Write, c’est pas nouveau.

On peut même dire que c’est vieux.

Le Yahtsee date des années 50.

Depuis peu et surtout cette année, on assiste à un vrai retour en force de ce style. En gros, et pour simplifier, on lancé des dés, et on note les résultats qui vont symboliser les actions des joueurs.

l

Wolfgang Warsch, c’est un peu le petit jeune qui arrive et qui défonce tout sur son passage. Au Spiel des Jahres 2018 (les oscars allemands des jeux de société), il a placé 3 de ses jeux (The Mind, Les Charlatans de Quedlinburg, et donc Très Futé!) parmi les 6 nommés pour l’oscar. Et c’est les charlatans qui l’ont emporté.

Du jamais vu.

Je cite l’excellent Gus de Gus&Co: “Dans la « vraie vie », Wolfgang Warsch est un biologiste moléculaire autrichien qui vit et travaille actuellement à Cambridge, Angleterre, pour des recherches contre le cancer en biologie et pharma vétérinaire.”

l

Bref le mec défonce tout sur son passage et n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin avec des sorties déjà prévues pour 2019. A suivre …

l

Revenons à notre Très Futé!

Prévu pour 1 à 4 joueurs, à partir de 8 ans et pour une durée d’environ 30 minutes par partie. Très Futé! est édité par Schmidt Spiele GmbH, et illustré par … ah non en fait c’est pas illustré.

Et oui et clairement on touche du bout des doigts l’un des gros reproches que je peux faire à ce jeu: c’est aussi excitant qu’un

l

Voyons tout de suite à quoi ça “ressemble”:

l

l

Comment on joue?

l

Il y a 5 dés à manipuler et à sélectionner pour ensuite placer sur la feuille de score les nombres de ces dés, ou cocher les cases. il y a 5 dés de couleurs différentes, pour les 5 zones de la feuille de score. Le 6ème dé blanc fait office de joker.

Le joueur actif lance les 6 dés et choisit 1 dé qu’il pose sur sa feuille. Il inscrit le chiffre du dé dans la zone correspondant à la couleur du dé.

Les dés ayant un résultat inférieur au dé choisit son mis de côté.

Le joueur relance les dés restants et sélectionne à nouveau 1 dé, le pose sur sa feuille et note dans la zone correspondante. Les dés inférieurs sont mis de côté.

Il effectue un 3ème lancer si possible, pose, note, mets de côté.

Il peut arriver que le joueur n’ait pas assez de dés à disposition pour effectuer 3 lancers, suivant les dés qu’il sélectionne après chaque lancer.

l

Les autres joueurs vont sélectionner un dé parmi ceux mis de côté par le joueur actif, et noter le nombre dans la zone de la couleur correspondant sur leur feuille de score.

l

Le joueur suivant devient le joueur actif et c’est repartit!

l

Une fois que tous les joueurs ont été le joueur actif, la partie se termine et on compte les points.

l

Voilà pour faire simple.

Très simple.

Parce que ce jeu a des relents de cours de maths lors de la 1ère partie jouée.

Honnêtement, la 1ère partie je n’ai pas pu jouer ou essayer d’optimiser. La 1ère partie on découvre les incidences des placements des nombres ou des cases à cocher dans les différentes zones.

Parce que ce jeu est une usine à combos.

Chaque zone de la feuille de score possède sa propre logique. Pour certaines c’est le nombre de cases que l’on coche, d’autres les nombres inscrits dans un certain ordre, pour d’autres on débloque dès que l’on remplit une colonne, etc…

Et dès que l’on coche ou inscrit un chiffre dans une case avec un symbole, un effet s’applique. En gros on pourra re-cocher/noter un chiffre à nouveau dans une zone, relancer les dés s’il ne conviennent pas, choisir un dé supplémentaire, etc…

Très clairement, il faut user au maximum de ces effets pour combotter à foison et multiplier ses points.

l

l

VERDICT

l

l

Alors si vous avez lu ce qui précède, vous saurez que ce jeu ne se joue qu’avec des dés. Donc allergiques au hasard passez votre chemin.

Pour ceux qui restent, Très Futé! est très malin (merci pour ce talent d’écriture, un écrivain sommeille en moi). Très malin et très “triturage” de neurones (oui j’aime aussi la langue française). Vous allez passer la majeure partie de la partie (sic) le nez sur votre feuille de scoring à essayer d’anticiper et d’élaborer une stratégie.

“Si je note ce 5 ici, ça me débloque l’effet de cocher une case dans la zone jaune, et donc de remplir la ligne, qui me donne l’effet de cocher dans la zone verte, et donc de débloquer un renard…”

Oui un renard.

Bref c’est du brise neurones, on cherche à optimiser, à accumuler du points, à se surpasser, à additionner, cocher, remplir et sortir vainqueur de cette guerre sanglante du dé!

Par contre c’est froid. Glacial. Moche. Très allemand.

Ceux qui recherchent de la surprise, de l’intensité, de l’interaction (brrrr quel gros mot!), du fun et du rire, passez votre chemin.

Pour ceux qui restent, s’il en reste, vous allez pouvoir vous en donner à cœur joie, refaire une partie après l’autre (une fois les règles maîtrisées ça tourne vite), essayer d’autres stratégies, privilégier les verts au lieu des jaunes, etc… Bref, un goût de reviens-y pas dégueu.

l

Disponible ici: philibert

Prix constaté: 10€

0 commentaires

Trackbacks/Pingbacks

  1. Test: Les Tavernes de la Vallée Profonde - […] donc Wolfgang Warsch l’auteur de ce jeu (Très Futé, The Mind, Fuji, Les Charlatans de Belcastel, …), Dennis Lohausen…

Laisser un commentaire