Test: Les Petites Bourgades

par | 11 Fév 2020 | Tests | 2 commentaires

Rédigé par Romain B.

l

Début février 2020 est sorti Les Petites Bourgades, de son nom original Tiny Towns. Un nom proche, un peu trop même de Little Town, alors les canards chanceux (Lucky Duck Games) ont demandé à la communauté quel nom pourrait servir de traduction. Les petites bourgades a recueilli le plus de suffrages, alors plus besoin de parler de Little Town et de mélanger les 2.

l

Cet article va vous proposer plusieurs termes possibles pour parler des pièces de bois désignant les constructions possibles. A la fin de cet article on vous en reparle.

l

Le jeu est donc proposé dans sa version française par Lucky Duck Games, l’auteur, Peter McPherson le propose pour 1 à 6 joueurs, pour des parties n’excédant pas les 45 minutes. Les 2 ou 3 premières pourront aller jusqu’à 1 heure.

Le temps de comprendre le scoring de chaque type de bâtiment, mais ensuite le temps affiché sera bel et bien respecté. La boîte affiche 14 ans et plus mais les enfants de 8 ans pourront aisément l’appréhender.

Le jeu est illustré par Matt Paquette à qui l’on doit Bosk qui sort en ce moment.

l

Le matériel

l

La boite n’est pas petite, et c’est tant mieux ! Cela permet d’avoir un insert tout à fait correct qui peut accueillir des cartes sleevées (protégées) ce qui, pour un maniaque, est toujours un bon point. Pour les nombreux meeples de bâtiments en tout genre, après plusieurs essais de rangement et de mise en place, la meilleure méthode est le vrac dans un grand sachet plastique. Ne triez pas cela ne sert à rien et pourrait vous retenir de sortir la boite.

Beaucoup de petits meeldings dans la boîte, des cubes de ressources et 4 plateaux joueurs. Et pour compléter le tout, les cartes qui définiront chaque pion bâtiment.

l

A quoi ça ressemble ?

l

l

Comment on joue?

l

Commençons par expliquer une carte bâtiment. Chaque carte correspond à un type de construction, avec une forme unique de meeple (et une couleur).

Pour les construire, il vous faut agencer vos cubes de ressources comme indiqué sur la carte. Même forme, même enchaînement de ressources. Vous pouvez cependant pivoter cet agencement, comme une pièce de Tetris dont vous poserez chaque cube un par un.

Chaque type de construction a son système de scoring.

l

La mise en place est simple, une carte bâtiment de chaque type, chaque joueur prend un plateau de 16 cases (4×4), on met les cubes de ressources d’un côté et les bâtiments en bois de l’autre. Et c’est parti !

Le joueur actif, le maître bâtisseur, choisi une ressource parmi 5 : verre, bois, blé, pierre et brique.

Tous les joueurs en récupèrent un cube et viennent le placer sur une case libre de leur plateau.

On passe ensuite à la phase de construction ouverte à tout joueur qui souhaite construire et le peut.

  • Le joueur l’annonce,
  • Prend le mylding correspondant,
  • Retire les cubes correspondants,
  • Place le pion sur l’un des emplacements libérés.

l

Puis le joueur suivant devient le maître bâtisseur.

l

C’est simple et efficace et surtout il n’y a pas de temps mort. Les premières parties chacun se concentre sur son plateau, sur ses besoins. Mais très vite on regarde quel choix embêtera les autres et certains bâtiments qui paraissaient sans intérêt deviennent très importants.

l

Le jeu met un peu de temps à monter en régime, le début de partie est simple, le plateau est vide, on peut donc jouer n’importe où et commencer plusieurs constructions en même temps. Arrivé à la moitié de la partie le manque de place et les choix de vos adversaires vont révéler la vraie nature de ces petites bourgades, bien innocentes au premier abord.

Chaque choix devient crucial, une erreur et il devient très vite compliqué de la rattraper. Ce sentiment me rappelle le jeu mobile 2048 où l’on accumule des chiffres pour les combiner et en obtenir de nouveaux et surtout recréer de l’espace pour en poser de nouveaux. Une belle tension se met en place, ce qui rend le jeu très plaisant.

l

J’ai rapidement eu l’impression que les stratégies mono-bâtiment pouvaient être trop fortes et que cela semblait « casser » le jeu. Il n’en est rien ! Et ce pour plusieurs raisons :

  • Vous ne pourrez tout simplement pas faire uniquement le même bâtiment par la sortie des ressources.
  • Et même si cela arrivait, la forme à créer pour construire vos meeples maisons finira par bloquer vos constructions.
  • Un joueur avec de bonnes combos de bâtiments vous passera devant puisqu’il utilise plus de ressources différentes que vous.

Et pour ajouter un peu d’asymétrie, les monuments sont distribués entre les joueurs.

Chaque joueur dispose d’une carte monument personnelle qui lui offre un bonus.

l

Il existe également une variante dans la boite avec un deck de 15 cartes, soit 3 cartes de chaque ressource.

1/ On commence par en placer 5 face cachée dans la défausse.

2/ Puis on en retourne une carte et chacun prend la ressource.

3/ On en retourne une deuxième et chacun prend la ressource.

4/ Chaque joueur prend alors la ressource de son choix.

5/ Et on recommence l’étape 2. Quand le deck est vide, on repart de l’étape 1.

Et, bien sûr, la phase de construction reste la même.

l

Pas mal de hasard, mais pour les joueurs qui peuvent avoir du mal à accepter les choix d’autres joueurs pouvant les bloquer.

l

Mode Solo

l

Le solo fonctionne avec ce même deck de cartes :

1/ Disposez 3 cartes ressources.

2/ Jouez-en une en prenant la ressource correspondant à la carte et en plaçant cette ressource.

3/ Placez la carte jouée sous la pioche.

Vous allez définir votre roulement de ressources. Ce qui n’est pas simple mais rapide et agréable.

Cette fois les bâtiments disponibles ajoutent une part de hasard pour obtenir un score supérieur à 38.

Ce solo est rapide à jouer et propose un défi intéressant.

l

Les différences avec Little Town

l

Des cubes de ressources, un plateau en grille, des bâtiments à construire… peut-on confondre les deux jeux ?

Non ! Tout simplement. Little Town utilise des mécaniques de placement d’ouvriers et de gestion de ressources associées à un plateau central.

Les petites bourgades est un puzzle game où vous placez vos ressources sans pouvoir les déplacer par la suite, chaque joueur dispose de son propre plateau.

Et les bâtiments constructibles sont uniques dans Little Town, une fois construits, ils ne sont plus disponibles. Dans Les Petites Bourgades, ils sont toujours disponibles et peuvent être construits en plusieurs exemplaires. Sauf les monuments bien entendu.

l

l

VERDICT

l

l

Le sentiment final c’est qu’on est très content de ce qu’on a réalisé, ce sentiment de regarder une dernière fois son plateau de jeu avant de le ranger. Ce qui rend ce jeu addictif et donne envie d’en refaire une de suite. Les Petites Bourgades est un super jeu à multiples tiroirs. Le puzzle game, l’interaction et les choix pour bloquer vos adversaires, et les combos de bâtiments.

Tout cela fait des Petites Bourgades un jeu à suivre de près !

l

Alors ? Quel terme vous parait le plus approprié pour parler des bâtiments dans un jeu ?

Donnez votre choix en commentaire du concours que nous lançons sur la page Facebook du Labo des Jeux ! Un exemplaire des Petites Bourgades est à gagner !

2 Commentaires

  1. Kalasandji

    “Le jeu est illustré par Matt Paquette à qui l’on doit Bosk qui sort en ce moment.”
    ?? Il me semble que c’est Kwanchai Moriya qui a illustré Bosk

    Réponse
    • Fabien

      Tout d’abord, merci de nous lire ! Les 2 illustrateurs sont crédités sur Bosk, même si Kwanchai Moriya est le seul à être sur la couv’ du jeu.

      Réponse

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :